Mettons la formation au service de l’emploi

 Stéphane Delpeyrat 

« Aucune offre d’emploi ne doit rester sans candidat, faute de formation », Michel Sapin, ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation Professionnelle et du Dialogue social.

 

Alors que le taux de chômage reste très élevé et qu’un jeune sur quatre ne trouve pas de travail, la problématique des emplois dits en tension, vacants et non pourvus, pose la question de l’insuffisante adaptation entre l’offre et la demande, qui renvoie à la pertinence des formations.

Le problème est récurrent : 200 à 300 000 emplois, principalement dans les métiers du BTP, de l’industrie, de l’agriculture, du transport, des services, du commerce, de l’hôtellerie et des métiers de bouche, ne trouvent pas preneurs.

A l’issue de la conférence sociale de juin 2013, un plan de formations prioritaires pour l’emploi a été mis en œuvre pour proposer 30 000 formations supplémentaires à des demandeurs d’emploi d’ici à la fin de l’année (100 000 fin 2014).

Cofinancé par l’Etat, les partenaires sociaux et l’Agefiph pour les travailleurs handicapés, ce plan est naturellement porté par les Régions, à la manœuvre en matière de formation professionnelle. Ainsi l’Aquitaine a déjà abondé le dispositif d’1,1 M€ fin octobre, insistant une nouvelle fois sur la priorité donnée à l’emploi et particulièrement à l’emploi des jeunes.

La Région n’a d’ailleurs pas attendu l’impulsion gouvernementale pour mettre en place, à destination des jeunes les moins qualifiés, les dispositifs « Nouvelle Chance » par la qualification, l’orientation (avec Cap Métiers et les Missions locales), ou l’alternance, ni pour initier les pôles d’excellence, Aérocampus autour des métiers porteurs de l’aéronautique en Gironde, ou le pôle des métiers du cuir et du luxe, en cours de création en Dordogne.

L’Aquitaine figure aussi parmi les 8 Régions qui démarrent l’expérimentation d’un Service Public Régional de l’Orientation, tant il est vrai qu’en la matière, la proximité, plaidant pour une décentralisation réelle et aboutie, est un atout majeur pour ajuster de façon réactive la carte des formations aux besoins exprimés par les entreprises et les territoires, dans le cadre d’une mobilisation efficace pour l’emploi.

SUD GIRONDE

+ d'infos
  • Catégories

  • Archives de B2S2