L’immigration,l’affaire de tous.

Depuis deux ans, Calais subit une pression migratoire sans précédent. L’été dernier, plus de 8 000 réfugiés étaient présents dans le Calaisis dans l’attentede pouvoir rejoindre l’eldorado britannique.

Les médias nationaux n’ont cessé de relayer des images de détresse humaine et de guérillas urbaines qui ont fortement dégradé l’image de la ville. Calais, depuis les années 90, avec le premier conflit au Kosovo, accueille des réfugiés. Jusqu’à présent, cette situation n’avait jamais ou très peu occasionné de conflits entre Calaisiens et populations migrantes bien au contraire. Cette situation était gérée grâce au travail remarquable des associations humanitaires mais sans prise de conscience de l’Etat de la fragilité de la situation.

Et donc face à la situation géopolitique actuelle et à l’exil massif de peuples fuyant leurs pays, le gouvernement français, sous l’égide de son ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve, a mis en place un plan global inédit de gestion de cette pression migratoire exceptionnelle.

L’objectif est de traiter cette situation avec humanisme mais sans angélisme. Le gouvernement s’est donc efforcé d’assurer un accueil digne des réfugiés en créant sur Calais un centre d’accueil de jour de 1 000 places, un second centre d’accueil provisoire de 1 500 places, une permanence d’accès aux soins mais également une centaine de centres d’accueil et d’orientation sur toute la France pour baisser le nombre de réfugiés sur Calais et permettre à la solidarité nationale de pleinement s’exprimer.

Mais la situation migratoire ne se résume pas à l’accueil des réfugiés. Ainsi un énorme travail de démantèlement des lières mafieuses est mené par les forces de police et de gendarmerie et commence à porter ses fruits. L’Etat français pèse également de tout son poids pour que l’Europe prenne conscience du rôle qui est le sien dans cette crise migra- toire internationale sans précédent.

Nos voisins britanniques ont également une grande responsabilité dans cette situation inédite. Une aide financière ne suffira pas, l’Etat britannique se doit d’être plus clair dans la communication sur sa propre politique d’immigration. Comme vous l’aurez compris, ce sujet est complexe, demande du temps et un in- vestissement de tous les instants.

C’est mon combat au quotidien mais pour moi l’immigration est l’ affaire de tous, celle de Calais, celle de la France, celle de la Grande Bretagne, celle de l’Europe, celle des pays de départ et celle des pays de transit !

Yann Capet,

SUD GIRONDE

+ d'infos
  • Catégories

  • Archives de B2S2